Fin Header -->

Sahofika : permis environnemental remis à Neho

16 Jun 2020

La cérémonie de remise officielle du permis environnemental du projet d’aménagement hydroélectrique de Sahofika s’est déroulée ce 16 juin. A noter que ce permis environnemental a été déjà octroyé au projet conformément aux dispositions de la MECIE (mise en comptabilité des investissements avec l’environnement) sous réserve du respect effectif du Plan de Gestion Environnementale (PGE) par la Société Neho (Nouvelle Energie Hydroélectrique de l’Onive), le 23 Mars 2020 sous la référence N° 08/20-MEDD/ONE/DG/PE.

Ce permis environnemental a été accordé, suite à une évaluation favorable du dossier d’EIES (Etude d’Impact Environnemental et Social) du projet d’aménagement hydroélectrique de Sahofika par la Société Neho dans les communes Belanitra, Antanifotsy, Ambatomiady, Ambohitompoina (District Antanifotsy, Région Vakinankaratra), Tsinjoarivo (District Ambatolampy, Région Vakinankaratra) et Ambalaomby (District Anosibe An’Ala, Région Alaotra Mangoro) par le Comité Technique d’Evaluation ad hoc (CTE).

Le 17 juin 2016, le ministère de l’Eau, de l’’Energie et des Hydrocarbures a déclaré la constitution du consortium composé d’Eiffage, Eranove, Themis et HIER. Ce consortium est attributaire du développement du Projet d’aménagement hydroélectrique de Sahofika. Il a la responsabilité de concevoir, de financer, de construire, d’exploiter et de maintenir le Projet au titre d’un contrat de concession, via une société de droit Malgache dénommée Nouvelle Energie Hydroélectrique de l’Onive “Neho”.

Le Décret N° 99-954 du 15 décembre 1999 relatif à la MECIE, modifié par le décret n° 2004-167 du 03 février 2004 préconise la réalisation d’une Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) avant la mise en œuvre du projet.

Capacité de production de 192 MW

A terme, le Projet disposera d’une capacité installée de 192 MW, dont 130 MW seront garantis à 99%. L’objectif du Projet est de fournir une énergie de base d’origine renouvelable et bon marché au réseau interconnecté d’Antsirabe-Antananarivo. Le productible annuel moyen sera de 1570 GWh.

L’énergie électrique produite par la centrale sera transmise au réseau géré par la Jirama, qui assurera la distribution de l’électricité.

Le Projet comprend un barrage principal sur la rivière Onive, à Ambatotsipihina, de 60 m de haut, formant un réservoir de 140 hm3 (8.9km²), d’une galerie souterraine (tunnel d’amenée – longueur 4.2 km) suivie d’une conduite forcée (longueur 2 km) jusqu’à l’usine hydroélectrique située à 6.5 km en aval (13 km en suivant le lit de la rivière Onive). Le niveau normal de la retenue sera à une altitude de 1328 m, tandis que l’usine hydroélectrique, à Faravohitra, Fokontany Sahofika, sera implantée à 610m d’altitude environ ; la hauteur de chute totale sera donc d’environ 700m.

Le Projet inclut également les lignes d’évacuation de l’énergie, le site de relocalisation et l’ensemble des infrastructures nécessaires à sa construction ou à son exploitation : routes d’accès, lignes de services, camps temporaires et bâtiments définitifs, zones d’emprunt et de déblais, etc…

La construction s’étale sur 5 ans et la période d’exploitation est de 35 ans (durée de la concession).

Face à l’envergure du projet et conformément aux textes réglementaires en particulier l’Arrêté N° 6830-2001 du 28 juin 2001 fixant les modalités et les procédures de participation du public à l’évaluation environnementale, une Commission d’Enquête et d’Audience Publique (CEAP), commission indépendante, a été recrutée via Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) pour la partie sociale du projet. Pendant un mois, les 06 membres de la CEAP (dont 01 Président et 05 Enquêteurs) ont travaillé au niveau des 06 Fokontany des 06 Communes et des 02 Régions concernées par le projet afin d’obtenir l’avis et les préoccupations de la population locale.

Comité technique

Les membres du comité technique d’évaluation sont constitués de diverses branches du ministère de l’environnement, ainsi que des cellules environnementales de du ministère de l’énergie, de l’eau, de la population, de l’aménagement du territoire, des travaux publics des mines et de l’Office national de l’environnement (ONE). Par ailleurs, l’Organisation de la Société Civile (OSC), représentée par Tafo Mihaavo a été impliquée dans tout le processus d’évaluation environnemental du projet.

Des évaluations techniques aussi bien sur le document d’EIES  que sur sites ont été effectuées par les membres du CTE avec la présence du représentant de l’OSC.