Dialogue public-privé: une évaluation du travail effectué tous les trois mois

24 Nov 2022

Les engagements doivent être précis et un calendrier de mise en œuvre doit être fixé. Tous les trois mois, une évaluation sera faite sur le travail effectué par rapport aux objectifs principaux. Le Ministre Edgard Razafindravahy incite les participants au Dialogue Public Privé (DPP) à ne plus hésiter.

Lors de l’ouverture de la 6ème édition du DPP aujourd’hui, Jeudi 24 Novembre 2022 au Carlton Anosy, le Ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation (MICC) a déclaré qu’il est temps d’affirmer la volonté de participer au développement économique du pays. “Je vais prendre un exemple : face aux obstacles d’accès à l’énergie, le secteur privé doit prendre en main son avenir en produisant lui même l’énergie qui lui est nécessaire”, a-t-il déclaré dans son allocution devant les représentants du secteur Public, du secteur privé et de l’Union européenne. Cela fait partie de l’accord du DPP du 28 mars 2022, et ce Dialogue Public Privé à Anosy peut servir d’outil pour effectuer un bilan.

Cela rejoint la déclaration du Ministre Edgard Razafindravahy lors du Forum National des Investissements pour l’Emergence de Madagascar en octobre 2022 au CCI Ivato où il a lancé un appel à procéder à la « Révolution industrielle ».

Le Ministre Edgard Razafindravahy a profité de l’occasion pour partager l’expérience qu’il a obtenu lors des 2 ou 3 débats auxquels il a assisté, en tant que ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation. La condition sine qua non demeure l’écoute et la compréhension. Tous ceux qui rencontrent des obstacles seront entendus. Un Atelier permettant au secteur privé de discuter de l’accès à l’énergie et au financement est à organiser. D’une autre part, la transformation des produits agricoles ou des huiles essentielles etc… seront également abordées. En revanche, le secteur privé doit mettre fin aux hésitations et aux doutes car cela constitue déjà un obstacle à leurs activités mais aussi au développement économique du pays.

De nombreuses idées ont émergé lors des précédents dialogues dans le but d’améliorer l’économie et l’investissement à Madagascar. L’exemple en est l’assouplissement des taxes, l’amélioration du système juridique et l’accompagnement du secteur privé dans son autonomie énergétique.

Le MICC a réitéré sa volonté de remplir son rôle au vu des conclusions dégagées lors de cette discussion. Cela se manifeste particulièrement dans l’amélioration du cadre juridique qui réglemente l’investissement à Madagascar et la programmation industrielle.